Rarissime - Pistolet d'Officier de Marine 1773

Ce rarissime pistolet d'Officier de Marine que l'on peut dater de 1773 est l'un des deux pistolets connus de ce modèle.

Ce type d'arme a été identifié par Jean Boudriot comme une arme de Marine en raison de son embouchoir précurseur du type d'assemblage par dessous sur la fixation du pontet.

Il ne conaissait à l'époque qu'une seule arme sans attribut d'Officier. Depuis on en connait une autre un peu différente .

On a enfin récemment trouvé deux armes quasi identiques que les gravures et le rétréint de queue de culasse nous permettent d'attribuer à un Officier.

C'est une très belle arme avec des gravures assez proche de ce que l'on rencontre sur les armes d'officiers tant dans la Cavalerie , la Gendarmerie que la Marine.

C'est une arme dérivée du modèle 1763/66 que l'on peut dater de 1773 gràce au poinçon de Honoré Blanc "HB" et au gravures de platine similaire à la platine du fusil des gardes suisses 1774.

Ce pistolet est plus court que le 1763/66. Il a une platine du type 1774 . L'embouchoir est caractéristique et vient se fixer sous la vis du pontet.

La partie avant du pontet du type demi-charolaise de 1763 est amputée laissant la place au support de la vis qui fixe les deux pièces.

La platine au modèle 1774 possède un renfort de pas de vis sur l'avant, dispositif souvent rencontré sur les armes d'officiers de belle qualité.

Le bassinet en fer est rond et porte une gravure périphérique comme l'ensemble de la platine au dessin soigné. Le chien et l'arrière de la platine portent des gravures de feuilles d'acanthe.

La calotte porte une gravure souvent rencontrée dans les armes d'officier de marine figurant une tête d'oiseau et des feuillages.

Les autres garnitures en laiton présentent les mêmes types de gravures de même que la queue de culasse.

Ce type d'arme n'étant pas répertoriée comme modèle réglemantaire, elle est bien une arme de la Manufacture de St Etienne qui en a produit au moins quatre exemplaires dont deux d'officier.

On ne peut s'empècher de penser à des prototypes pour un futur modèle que la marine cherche à créer pour son propre armement. Ce sera le modèle 1779 de Tulle qui sera retenu et il a des caractéristiques voisines .

 

Ce pistolet porte quelques poinçons en vigueur à l'époque comme la marque de bois classique à St Etienne "SEBR Lys" à cette époque. et une marque au Lys sur l'embouchoir.

Le bois de cette arme est bien inspiré du modèle 1763/66. La crosse est nettement plus pentée excluant ainsi un bricolage à partir d'une autre arme . On trouve de plus une marque de bois

tout à fait conforme aux armes de St Etienne : SE sous Lys et BR pour le contrôleur "Boulager" qui signe les armes finies à cette époque.

A noter à l'avant de la platine une fissure a été renforcée par un clou discrètement masqué par la finition cirée.

Les gravures des garnitures correspondent bien à ce qu'on trouve à l'époque sur de rares 1763 de cavalerie ou 1770n de gtendarmerie. Il s'agit de filets et de feuillages qui soulignent la périphérie des pièces.

La gravure de la calotte est plus remarquable. Elle montre une tête d'oiseau stylisée dont le graphisme est identique à ce qu'on peut parfois rencontrer sur des calottes d'armes d'officier de marine privées.

Le défaut d'ajustage de la pièce de calotte nous engage encore à penser à une arme prototype pas encore aboutie.

Les poincons de l'ouvrier "faiseur de garnitures" sont identiques sur toutes les pièces. Cela certifie encore bien la provenance de manufacture.

Le coeur sous une couronne, marqué dans la calotte, n'est pas inconnu à cette époque mais il n'est pas identifié.

La platine présente un graphisme très soigné et le poinçon de Honoré Blanc. Elle est entourée d'un filet gravé de même que le chien et l'arrière de la platine qui présente aussi un petit feuillage.

C'est une platine de type 1774 avec bassinet en fer et un chien sans retroussis à la base.

On observe le renfort de vis avant de platine courant sur les armes de qualité de cette époque . Le grand ressort de platine est neuf et le fonctionnement parfait.