Pistolet des Gardes du Corps du Roi Louis XVIII

 

Ce pistolet a été construit à St Etienne vers 1818 - 1819 d'après ses poinçons. Il fait partie des 300 pièces qui y furent produites.

C'est un très beau pistolet et le plus rare des Garde du corps. Il est identique aux autres modèles du second type mis à part la forme du fleuron du pontet qui est différent à St Etienne

de ceux de Maubeuge ou Versailles.La platine, bien marquée Manufacture Royale de Saint Etienne est poinçonnée du contrôleur STELEN .

On y trouve de nombreux autres marques de controles dont Bouissavy, Luzier ou Compas.

La contre-platine porte l'inscription "NOAILLES" Il s'agit là, de la marque d'affectation à cette illustre compagnie des Gardes du Corps reconstituée en 1815.

Le numéro sur l'embouchoir est le numéro d'affection dans cette compagnie. On rencontre un tel numéro sur tous les pistolets de la compagnie de Noailles .

Sur le tonnerre on peut lire "16e Lon 443" . Il s'agit de l'affectation de l'arme dans la Garde Nationale à partir de 1830 lors du licenciement des Gardes du Corps de Charles X .

C'est lors du licenciement des Gardes du Corps et de l'affectation d'un officier qui a gardé cette arme dans la Garde Nationale que la calotte à été limée et polie.

Pas de nouveauté dans la constitution générale de ce pistolet dont la platine est du type An IX si ce n'est qu'on voit apparaitre sur ces modèles un axe de détente constitué d'une

vis fixée sur le pontet contrairement à la goupille qui prenait du jeu dans les modèles An 9 et An 13 .

 

N°442 affectation à la 16° Légion

de la Garde Nationale

St Etienne manufacture Royale et poinçon de Stelen

Marque sur la contre-platine

"Compagnie de Noailles" dans les Gardes du Corps

N° 247 affecation dans

la compagnie de Noailles