Superbe pistolet 1816 Silex - Manufacture de St Etienne 1821

Ce très très beau pistolet de la manufacture de St Etienne est quasi neuf. Il n’a tiré que quelques coups et son état est proche du neuf tant pour son canon,

intérieur et bouche, que dans l’état des pièces de sa platine ou du bois ou des garnitures .

Il est bien marqué du modèle 1816 et daté S.1821 avec un graphisme tout à fait conforme à ce que l’on rencontre sur d’autres pièces de la même origine à la même date.

En dehors de ces belles marques d’origine on remarque très vite une absence totale de poinçons de contrôle.

Pourtant les marques laissées par les ouvriers lors de leurs fabrications des pièces de ce pistolet et les repères de montage sont bien conforme à ce qui existe sur

toutes les armes de cette époque. On remarque sur le canon les poinçons des ouvriers : B, V, 3 etc …. Un signe X VI se retrouve aussi sur le bois indiquant une marque

de montage destiné à ne pas mélanger les pièces lors des ajustages. A l’intérieur des garnitures en laiton, les ouvriers fondeurs de bronze on laissé leur marque pour

indiquer la traçabilité d’origine : CH, PJ ou PB . Les pièces en fer ne sont pas en reste avec des marques d’ouvriers comme AV sur plusieurs unités ou P ou M sur quelques garnitures .

Ce pistolet présente si peu de poinçons de contrôle tout en étant parfaitement conforme qu’il faut penser àune arme d’essai. En effet les pistolets d’essai ne sont pas poinçonnés

car il n’y a pas à contrôler leur conformité pour le service . Ce sont des pièces d’étude. Celui là a très peu servi malgré quelques traces de tir au niveau de la platine.

La lumière est parfaite . Elle est bien au modèle 1816 alors que la batterie est au modèle 1822 sans pour autant que le retroussis à l’intérieur soit réalisé.

La batterie est bien à la forme du modèle 1822. Elle présente bien un creux sous la table du couvre bassinet comme c’est la règle sur le nouveu modèle 1822.

Par contre le sommet de la batterie n’a pas subi la modification qui consiste à limer l’extrémité de la feuille de batterie , formant ainsi le retroussis qui deviendra réglementaire sur le 1822.

Il y a là une possible explication pour qualifier ce pistolet. Sa date de production , 1821, correspond bien à l’époque ou on cherchait à améliorer le modèle 1816.

Ce pistolet peut vraisemblablement être une arme d’essai qui fût utilisé lors des tests qui prépareront le nouveau modèle à la manufacture de St Etienne .

Il n'est pas poinçonné "Bon pour le service" et sera sans doute resté dans les réserves des armes non utilisées .

C’est une très belle arme et son état est remarquable, très proche du neuf .

Si l'extérieur de ce pistolet ne porte

pas de poinçons de contrôleurs,

il porte à l'interieur de chaque pièce

des belles marques des ouvriers.

Ces marques permettaient aux

ouvriers d'etre payés de leur travail

ainsi repertorié.

Ces images illustrent les évolutions de la platine entre le modèle 1816 et le 1822.

Ici le centre de la lumière est au dessus de la ligne supérieure du bassinet .

Elle sera sous cette ligne sur le 1822, donc au fond du bassinet .

La batterie du 1822 a une forme différente sans décalage sur le bord gauche.

Le dessous de la table est évidé alors que sur le 1816 il ne l'est pas .

Enfin le haut de la batterie est très légèrement affiné sur chaque face donnant

ce petit retroussis pas toujours facile à observer.

On voit sur le bois et le canon deux belles marques de montage que les ouvriers apposaient pour ne pas mélanger leurs pièces .

Pour terminer , une belle vue de l'ensemble des pièces de ce très beau pistolet.

  Images Collection La Pistole